SONDAGE: la majorité des Israéliens soutiennent l’apartheid anti-palestinien

Israël continue la colonisation, malgré les appels internationaux pour un arrêt définitif.

Israël et l’Afrique du sud de l’apartheid entretenaient des relations plus qu’amicales. Aujourd’hui, un sondage démontre que la majorité des Israéliens juifs soutiennent la politique actuelle d’apartheid. Ils seraient même demandeurs de mesures encore plus nocives pour les droits de l’Homme.

Plus des deux-tiers des Israéliens souhaiteraient que les Arabes musulmans soient privés du droit de vote au cas où Israël annexerait purement et simplement la Cisjordanie. La majorité appelle à la construction de routes réservées aux uniques citoyens israéliens. Par ailleurs, 58% des Israéliens estiment que leur pays pratique d’ores et déjà une politique d’apartheid. Les 42% restants n’ont probablement aucun accès au monde extérieur.

Les statistiques alarmantes sur la conscience des Israéliens s’amoncellent. Près de six Israéliens sur dix estiment que les Juifs devraient être prioritaires pour les jobs de fonctionnaire, laissant les musulmans à leurs champs d’oliviers (qui sont d’ailleurs rasés par ces mêmes fonctionnaires). Presque la moitié des personnes sondées affirment ne pas vouloir vivre dans le même bâtiment que des Arabes musulmans.

Gideon Levy, un journaliste du quotidien de gauche Haaretz, commente ces chiffres plus qu’alarmants. « La majorité des Israéliens se définit comme nationaliste-raciste, sans ressentir ni honte, ni culpabilité aucune. »  L’homme, qui critique fréquemment le gouvernement pour ses brimades anti-arabes, enfonce le clou. « La plupart des Israéliens disent que dans leur pays, il fait bon vivre. Pas malgré le racisme, mais plutôt grâce à lui. Si ce sondage s’était tenu dans un pays européen, l’opinion publique israélienne aurait été outrée. Quand ça se passe chez nous, personne n’est choqué ».

Israël ne reculera pas

Le premier ministre Benjamin Netanyahou est soutenu par presque la moitié des Israéliens. Sa coalition composée d’ultra-nationalistes et de fanatiques religieux remportera probablement les élections législatives anticipées prévues début 2013 dans la théocratie hébraïque. Ses discours belliqueux rencontrent un grand écho dans la société civile, la gauche étant marginalisée et accusée d’antipatriotisme.

Netanyahou a donc les mains libres. De fait, il encourage la colonisation à Jérusalem-est (quartier arabe) et en Cisjordanie (Judée-Samarie) pour les Israéliens. À Jérusalem-est, Netanyahou a donné son feu vert à la construction de 700 nouveaux logements dans le quartier officiellement annexé par l’état hébreu. Au mont des Oliviers, les bulldozers s’activent pour bâtir… un collège pour officiers israéliens ! En Cisjordanie, le premier ministre s’est dit favorable à la légalisation d’une centaine de colonies sauvages. Son argumentation ? « La Cisjordanie n’est pas un territoire occupé, les Israéliens peuvent s’y implanter comme bon leur semble ».

Des milices de colons voient le jour. Les miliciens reçoivent une formation militaire. Que se passerait-t-il si des politiciens raisonnables décidaient de rendre la Cisjordanie aux Arabes?

Évidemment, toutes ces mesures profondément inégales ruinent les chances d’une solution à deux-états. Comment Israël pourrait-il abandonner ses citoyens aux mains de l’autorité palestinienne de Ramallah ? L’objectif « caché » d’Israël est l’annexion de toute la Cisjordanie. Les Arabes vivant sur ces terres depuis des temps immémoriaux n’auront qu’à s’enfuir en Jordanie, au Liban, en Syrie ou en Égypte. Les Arabes qui resteront seront probablement privés de leurs droits fondamentaux, en accord avec les résultats du sondage publiés ci-dessus.

Benjamin Netanyahou, malgré toutes les exactions de son régime, bénéficie toujours du soutien occidental. Pour ce faire, le conservateur n’hésite à jouer sur le souvenir de la Shoah. Ainsi, le premier ministre a commencé son dernier discours à l’ONU en disant : « Chaque année, depuis plus de trois millénaires, nous sommes réunis en ce jour de réflexion et d’expiation. Nous prenons conscience de notre passé. Nous prions pour notre avenir. Nous nous souvenons des souffrances de notre persécution; nous nous souvenons des déboires importants de notre dispersion, nous pleurons l’extermination d’un tiers de notre peuple, six millions d’individus, pendant l’Holocauste. »

Le premier ministre Netanyahu lors de son discours à l’ONU.

 Une fois le sentiment de culpabilité ravivé, le premier ministre passe à l’attaque. « Malheureusement, ce n’est pas le cas de nombreux autres pays. Aujourd’hui, une grande bataille est menée entre le moderne et l’époque médiévale. Les forces de la modernité cherchent un brillant avenir dans lequel les droits de tous sont protégés, dans lequel une bibliothèque en constante expansion numérique est disponible dans la paume de chaque enfant, dans lequel chaque vie est sacrée. Les forces de la féodalité veulent un monde dans lequel les femmes et les minorités sont soumises, dans lequel la connaissance est supprimée, dans lequel pas la vie mais la mort est glorifié. Ces affrontements des forces prennent place dans le monde entier, mais nulle part plus nettement que dans le Moyen-Orient. Israël se dresse fièrement avec les forces de la modernité. Nous protégeons les droits de tous les citoyens, hommes et femmes, Juifs et Arabes, musulmans et chrétiens – tous sont égaux devant la loi. » Les millions d’Arabes opprimés par l’état juif ont dû s’étrangler avec leur thé à la menthe.

 

Le Revizor

 

 

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s