L’Iran frappe Israël « préventivement »

C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. Le gouvernement de Téhéran a lancé cette nuit une vaste attaque aérienne visant les installations militaires de l’état Hébreu. La débandade dans les rangs israéliens est totale. La défense aérienne s’est avérée n’être qu’une bande de joyeux copains illuminant le ciel de quelques pétards. Éclairage.

Les déclarations belliqueuses de la diplomatie israélienne ont finalement une fin inattendue. Plus de 130 avions iraniens ont pique-niqué dans le ciel israélien, sans oublier de donner un bon coup de pied dans la fourmilière. Plusieurs missiles Shabab ont frappé le complexe militaro-industriel israélien, notamment dans la capitale Tel-Aviv. Le Guide Suprême de la République Islamique a déclaré d’un air narquois « tel est pris qui croyait prendre ». Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou fulmine. Il promet une large riposte, « dès que l’armée américaine aura ramené assez de pétrole libyen pour ses avions ». Israël menaçait l’Iran de mesures militaires préventives, alors que la République Islamique est soupçonnée de mettre au point la bombe atomique. Le régime des mollahs affirme quant à lui que son programme nucléaire n’a qu’une vocation civile.

Peu importe, l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) abonde dans le sens d’Israël et des puissances occidentales. Le fait que l’AIEA se soit basée sur des documents concoctés par les services secrets occidentaux et sur des enquêtes « indépendantes » mérite de retenir l’attention. Les services secrets occidentaux s’étaient déjà fait remarquer pour la pertinence de leurs recherches sur la présence d’armes de destruction massive en Irak, en 2003. Ces rapports avaient conduit au déclenchement de la guerre sur les rives de l’Euphrate et du Tigre. Le résultat est connu : des centaines de milliers de morts, la guerre civile, la torture à Abu Grahib, le pillage du pétrole, la montée de l’islamisme radical… Faire confiance au rapport de l’AIEA se révélerait donc tout aussi meurtrier. Pas que l’honnêteté de l’agence onusienne soit remise en cause. Plutôt parce que ses sources n’ont pas été recoupées.

Reste que la dure réalité est là. L’arrogance que l’état hébreu affichait depuis quelques temps n’est déjà plus qu’un vague souvenir. Les missiles israéliens « Jéricho » ne risquent plus de sortir de leurs silos. On peut regretter quelque chose. Jéricho est la ville où Jésus guérit deux aveugles. Le tir de missiles Jéricho par Israël aurait permis à la communauté internationale de retrouver la vue. Et donc de voir la vraie nature de « l’état juif », comme le définissent les dignitaires israéliens. L’Iran, quant à lui, respecte le droit international. Les divers traités en vigueur stipulent que l’usage de la force est admis en cas de « menace imminente ». Les propos du président israélien Shimon Peres sont pour le moins menaçants. Dire qu’une solution militaire est plus proche qu’une solution diplomatique ne peut en aucun cas être interprété comme une main tendue. Qui peut reprocher à l’ancienne Perse de décrocher un uppercut dans le visage israélien, alors qu’Israël caresse la gorge de son ennemi à l’aide d’un couteau ? Personne. Ou du moins personne de bonne volonté.

Miroslav Koutný

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s