Liban: quand le pays du cèdre s’embrase

 

Fermez les yeux et imaginez. Imaginez être de retour dans l’Irlande des guerres de religion. Cette Irlande où le rouge des torrents ensanglantés inondait les immenses plaines vertes. Ce pays désenchanté où mourir pour sa foi valait mieux que de vivre pour sa religion.

Cette terre où le plus beau cadeau, la vie, était sacrifié au nom de la haine du voisin, de l’ami, du frère.

Cette Irlande existe toujours : les trèfles ont simplement laissé place aux cèdres. Tous les jours au Liban, les cendres se mêlent  au sang. Dans les ruelles écharpées de Tripoli, des musulmans tuent des musulmans au nom de la religion…musulmane. Tous reprochent à leurs ennemis d’interpréter une virgule ou un mot ‘’ saint ‘’ d’une manière différente. L’avidité de chacun s’y ajoute ; les mots deviennent des murailles et les virgules des meurtrières. Le Liban fut souvent vanté en exemple. Il devait montrer le chemin pour que l’Orient connaisse enfin le juste repos du guerrier ; mais les guerres ne se terminent que quand il n’y a ni vaincu ni vainqueur. Au lieu de cela, l’âpreté de la défaite se transmet dans un malentendu génétique. L’arrogance des vainqueurs amplifie et souligne les tares supposée innées. Chiites, sunnites, coptes, juifs : tous vivent là depuis des millénaires.

Ils ont eu  la patience de bâtir le seul édifice qui plaise à Dieu : une mosaïque humaine. L’écho des coups de canons la fit voler en éclat à de maintes reprises. Car le Liban est otage de son destin d’exemple et certains ne veulent pas d’exemple. Décidément, le Liban est un pays maudit en terre sainte.

 

Le Revizor

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s