Assiégée, la Serbie pourrait reconnaître l’indépendance du Kosovo

La vie des Serbes du Kosovo prend des accents palestiniens. Leurs déplacements sont rythmés par des check-points, leurs terres sont occupées par des étrangers, leurs familles habitent désormais à l’étranger.

La Serbie est assiégée. Pour espérer adhérer à l’Union Européenne, il paraît de plus en plus évident que Belgrade devra reconnaître l’indépendance du Kosovo. Le président du parlement européen, l’Allemand Martin Schultz, l’a lui-même souligné. La Serbie pourrait envisager de reconnaître l’indépendance de sa province, tout en considérant le nord du Kosovo comme partie intégrante de son territoire. Ce serait une bonne manière d’allier les intérêts politiques à la défense des droits des Serbes, majoritaires dans le nord du Kosovo.

Milorad Dodik a récemment suscité la polémique. Le président de la Republika Srpska (RS – Bosnie-Herzégovine) a affirmé que la Serbie devrait abandonner l’idée d’une réintégration du Kosovo : « Belgrade devrait reconnaître le Kosovo. C’est, j’imagine, la seule possibilité pour intégrer l’UE. Cependant, la Serbie ne doit pas abandonner ses citoyens. La Serbie ne doit pas reconnaître la souveraineté kosovare sur le nord. Les Serbes y sont majoritaires et ils n’accepteront jamais les autorités albanaises de Pristina. »

Dodik estime que cette décision est nécessaire pour le bien de la Serbie : « Parfois, vous n’avez pas le choix. Si vous ne prenez jamais de décision forte, vous paraîtrez toujours pour le méchant petit canard ». Le président de l’entité serbe de Bosnie estime cependant que le Kosovo doit lui aussi tendre la main. « Dans la situation actuelle, il est impossible de reconnaître le Kosovo. Si vous reconnaissez maintenant l’indépendance kosovare, ce sera un autre territoire qui fera sécession ».

Milorad Dodik, le président de la Republika Srpska. Il préconise une reconnaissance partielle de l’indépendance kosovare.

La Serbie semble désormais au pied du mur. Si elle veut intégrer l’union européenne, elle doit renoncer à ses droits sur le Kosovo. Tôt ou tard, ce pays des Balkans sera appelé à le faire, l’intégration européenne touchant un nombre croissant de ses voisins. La Hongrie, la Roumanie et bientôt la Croatie feront partie de l’UE. Si la Serbie ne veut pas se retrouver en marge de l’Histoire, elle doit intégrer l’Union Européenne. Sans pour autant remettre en question ses liens étroits avec Moscou.

Le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance en février 2008. Depuis la guerre civile de 1999, ce territoire était sous contrôle de l’Otan et de l’UE. La déclaration d’indépendance fut soutenue par l’occident, en violation totale de la résolution 1244 du conseil de sécurité des nations unies. Cette résolution devrait garantir la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Serbie. Depuis la proclamation d’indépendance, les droits des Serbes du Kosovo sont fréquemment violés, avec l’aval complice de la Kfor (mission de l’Otan) et de l’Eulex (mission de police de l’UE). Plusieurs églises et monastères pluri-centenaires ont été incendiés au nom de la haine des Serbes et du christianisme.

Le Revizor

Des Albanais du Kosovo incendient une église orthodoxe.

Advertisements

Une réponse à “Assiégée, la Serbie pourrait reconnaître l’indépendance du Kosovo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s