Russie: l’ombre d’une nouvelle révolution bolchévique

Les ennuis s’accumulent pour Sergueï Oudaltsov, l’enfant terrible de la nouvelle gauche russe. Il est accusé de comploter contre l’état.

Un sondage réalisé en 2010 montre que plus de la moitié (55%) des Russes regrettent l’URSS. Le même sentiment est généralement partagé en Asie centrale, en Ukraine, en Biélorussie et, dans une moindre mesure, en Moldavie. Vladimir Poutine avait suscité l’émoi dans les chancelleries occidentales en qualifiant la disparition de l’URSS comme « la plus grande catastrophe géopolitique du 20ème siècle ». Aujourd’hui, le « courant bolchévique » semble incarné par le leader du Front de Gauche russe, Sergeï Oudalstov.

Ils forment d’immenses marées humaines. Tout de rouge vêtus, le regard acéré, ils sont déterminés. Les militants et sympathisants du Front de Gauche sont toujours très bien représentés dans les manifestations contre le pouvoir en place au Kremlin. Leur leader s’appelle Sergeï Oudaltsov, un Moscovite de 35 ans au look de skinhead. Cet habitué des cellules humides des commissariats de Moscou est suspecté par la justice de vouloir organiser des « troubles massifs » en Russie, avec l’aide de « puissances étrangères ».

Le reportage intitulé « Anatomie de la contestation 2 » s’évertue à traîner l’opposition dans la boue. À l’image de ce que fait Saakashvili, l’ennemi juré du Kremlin, tout mouvement de contestation en Russie est immédiatement assimilé à une tentative de déstabilisation orchestrée par l’étranger. La Russie de Poutine se sent assiégée et décide de riposter. L’USAID s’est récemment vu notifier l’interdiction d’exercer sur le territoire national. Le Front de Gauche n’échappe pas à l’assimilation aux comploteurs étrangers. Une séquence du reportage montre Oudaltsov en compagnie d’un député géorgien, Givi Tarmadze. Ensemble, ils projetteraient des attentats terroristes visant le pouvoir en place.

Il est certain que le Front de Gauche de Sergueï Oudaltsov n’est pas une force politique modérée telle qu’on les chérit en Occident. Le parti mêle nationalisme expansionniste et communisme. Il nourrit une certaine nostalgie pour la lutte armée, qu’elle vienne de la révolution bolchévique ou d’ailleurs. Cela se ressent jusque dans la devise du parti : « le socialisme ou la mort » ! Le groupe politique vit cependant sous la tutelle du KPRF, le parti communiste hérité de l’Union Soviétique.

Une opposition écartelée

C’est justement là que le bât blesse. Les radicaux d’Oudaltsov se corrompent auprès du KRPF de Ziouganov. Les communistes russes se montrent relativement complaisants avec le pouvoir et siègent à la Douma malgré les fraudes indéniables. Néanmoins, Oudaltsov tient peut-être sa chance. L’érosion de la base électorale du KPRF, majoritairement composé de personnes âgées, pourrait pousser les nouveaux votants dans les bras du socialisme pur et dur prôné par Oudaltsov.

Cette possible radicalisation de la jeunesse est due à deux facteurs. Premièrement, le clientélisme de la classe politique russe. En Russie,  on estime que 15% du PIB provient directement de la corruption. Il en résulte une politique publique affaiblie, dirigée avant tout vers ceux qui peuvent payer des pots-de-vin. L’opposition n’a jamais quitté ce schéma issu des sombres années Eltsine. Il n’y a pas de ligne politique parfaitement claire, même le parti communiste adhère à la majorité des caractéristiques d’une économie de marché. Bien souvent, l’opposition se montre tout aussi corruptible, voire corrompue que les hommes au pouvoir.

Deuxième facteur, l’autisme dont fait preuve le gouvernement russe. Il est d’usage à Moscou, Tver ou Vladivostok de « liquider » les manifestations en faisant appel aux gros bras du gouvernement, les Omon. Les manifestations, sujettes à autorisation, sont souvent tout bonnement interdites si elles soutiennent l’opposition. Les médias, sauf exceptions, dépeignent les opposants comme des antipatriotes, passionnés de terrorisme et de coups d’état plus ou moins foireux. L’opposition, quand on la laisse s’exprimer, est totalement tournée en dérision.Que lui reste-t-il? Beaucoup privilégient les manifestations pacifiques. D’autres suivent un chemin plus escarpé…

 

Le Revizor

 
Plus d’infos ici:

https://voixnouvelle.wordpress.com/2012/08/19/pussy-riots-ou-comment-lhistoire-se-repete/

10 réponses à “Russie: l’ombre d’une nouvelle révolution bolchévique

  1. Aucun regret des pays européens soumis par la force.
    L’URSS n’existe plus non seulement à cause de problèmes économiques mais aussi et surtout à cause de la corruption des classes dirigeantes. L’URSS et son système n’était pas viable.
    Ce que veux le peuple est surtout redevenir une puissance mondiale crainte et écouté.
    La montée en puissance de la Chine fait craindre que la Russie finira à l’ombre de la Chine.
    Poutine l’a compris en s’intronisant tsar, mais il n’a pas compris qu’il n’est pas possible d’être le tsar pour la moitié du peuple et au lieu de combattre l’opposition aussi durement, il devrait rassembler sur un projet rassembleur

  2. Sur tout ce qui est dit je ne peux en être d’accord…

    D’une part il est evident que les islamistes de Russie (que financent les étrangers… comme ils financent les groupuscules des « Pussycat » et autres dégénérescences de ce genre…) ces islamistes donc n’ont véritablement aucun pouvoir et aucune crédibilité (la preuve… il ne rassemblent que 500 personnes dans leur minables manie au lieu des 20 000 attendus, ce qui prête franchement a rire). D’autre part parce qu’il est encré d’un courant suffis important comme en Chine. Ce courant est proche du pouvoir et possède une histoire qui lui est propre, avec le chamanisme et les vieilles traditions des anciens empire ante-sovietique.

    De plus… la Russie vient de rentrer dans l’Organisation Mondiale du Commerce nouvellement mis en place et que ce pays a déjà des liens d’échange important (qui ne vont que s’accroitre) avec les anciens pays de l’ex-bloc soviétique tout comme le Vietnam, Cuba ou le Venezuela… a rajouter aux membres du B.R.I.C.S.
    Loin est de croire que la Chine puisse lui faire de l’ombre… bien au contraire. Ils ont signé un pacte de coopération tout-azimut sans parler du pacte militaire secret.

    Les échanges intra-CEI s’accroissent.
    La croissance est toujours positive (malgré un ralentissement mondial) alors que le reste du Monde dit occidental plonge dans la récession.

    Vladimir Poutine est plus que jamais populaire, au contraire des hommes que vous nous cité ici, et tout le monde le remercie d’avoir sortit la Russie de la crise économique d’Eltsine ou de Gorbatchev …

    Il me semble que vous n’avez jamais foutu les pieds en Russie pour nous balancer ce genre d’info, c’est pas possible d’avoir des œillères aussi grande. A moins que vous ne « rouliez » pour autre chose… Il y a la non plus de l’objectivité mais une volonté de dire ce qui n’existe pas… au sens de votre courant.

    Il faut parfois se montrer honnête et votre post la en est loin.

    • Alors, décortiquons ce commentaire. Je ne sais pas à qui vous vous adressez, à Vilistia ou à moi. Mais bon.

      Même si l’Islam russe est généralement modéré, les foyers de radicalisme ne manquent pas. Il suffit de se balader dans le Caucase où la charia est appliquée dans certains endroits. Même au Tatarstan, l’Islam radical gagne du terrain. La récente fusillade entre policiers et terroristes à Kazan le démontre bien.

      Quel pacte militaire secret? Rappelons que l’Organisation de Coopération de Shanghai a avant tout des visées économiques et principalement énergétique. À l’origine, il s’agissait d’un lieu de rencontre pour régler les différents frontaliers. Croire à une amitié sincère entre la Chine et la Russie est irréaliste selon moi. La Chine prend trop d’ampleur, la Russie ne peut que se sentir menacée. D’autant plus que dans la logique des appels d’air, les immensités vides de Sibérie attirent les Chinois.

      La croissance est certes positive. Mais quelle croissance? Elle est due en TRÈS grande partie aux hydrocarbures. Il n’y a pas en Russie un vaste réseau de PME axées vers les services. La Russie est la seule dans ce cas de figure au sein des BRICS. C’est dommageable.

      Je pense également que Poutine dispose d’un soutien populaire. Il tend malgré tout à s’éroder… on appelle ça l’usure du pouvoir! Je ne suis pas convaincu qu’il postulera pour un quatrième mandat.

      J’avoue ne pas bien saisir votre dernier paragraphe. Je me rends fréquemment en Russie, lis les journaux russes et me rend à toutes sortes de cours/conférences ayant pour thème la Russie d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Je parle d’Oudaltsov car c’est une figure montante, avec laquelle il faudra compter tôt ou tard. J’essayerai de trouver un fond d’honnêteté en moi quand vous améliorerez votre orthographe.

      Ceci dit, merci pour votre réaction.

  3. Veuillez m’excuser pour mon orthographe mais je ne suis qu’un simple italien qui vis au Vietnam, je ne mon correcteur de français me donne parfois ce qu’il veut…

    Cela étant j’ai eu aussi mon Bac de français (meme si cela remonte a fort longtemps, plus de 20 ans) avec 18/20 de moyenne generale avec mention AB… il serait plus regardant de votre part de ne pas jouer dans le bas de l’échelle pour si peu et se montrer un peu plus comprehensible…

    Bon…. passons…
    Sur ce, pour en revenir au document ci-joint, ou plutôt a l’analyse qui en est faite… effectivement il existe des foyers de radicalisme que l’étranger ne cesse de financer afin de déstabiliser la Russie. L’islam radical ne gagne pas de terrain mais devient plus violent afin de faire pression sur le plus grand nombre. Et c’est la meme tactique employee par qui l’on sait (Arabie Saoudite et leurs amis du Qatar et d’ailleurs). Ceci n’est pas nouveau, on reprend les memes tactiques d’antan.

    Et oui ! Il y a un pacte secret mais je vous laisse vous renseigner et aller de vous memes chercher les sources (puisque vous en avez l’occasion en vous déplaçant en Russie)… On ne sait pas trop ce qui a été décidé entre Chinois et Russes mais c’est bel et bien le cas. Les multiples reunions ne font que resserrer les liens.

    Vous connaissez la Russie et vous savez, tout aussi bien que moi, que les PME ne font que naitre pour les raisons de la crise d’une rare ampleur a la fin de la « chute du Mur »…. elle peut se montrer fiere d’avoir, non sans mal, réussi a en sortir aussi rapidement. Elle est aussi la SEULE au sein du BRICS a avoir subi cela…

    Dire que tout est rose serait « idiot ». Par contre les perspectives de croissance sont encore et toujours la… hormis le fait que les puissances « impérialistes » étrangères ne cessent de vouloir déstabiliser le regime Russe en finançant des greves et des medias a son service…

    Nous sommes au mois d’accord dur le merite de Vladimir Poutine…

    Au moins du positif…

    Vous voyez… il faut parfois se contredire et discuter entre nous (et non discutailler) afin de pouvoir en sortir du positif parfois…

    A bientôt et au plaisir de vous relire avec ou sans fautes.

    • Un Italien au Viêt-Nam ? C’est assez original, il faut le reconnaître. J’espère que vous ne m’en voulez pas pour ma remarque sur l’orthographe, je pensais que vous étiez francophone d’origine. Il faut dire aussi que je suis assez pointilleux sur le sujet. Ceci dit, j’ai rarement vu un étranger qui s’exprime aussi bien.

      Je pense également qu’il y a une influence extérieure. Mais à chaque fois accuser les puissances étrangères, ça me parait ridicule. C’est nier la capacité de la société civile d’avoir ses propres opinions, d’évoluer dans le sens qui lui plait le plus.

      L’Islamisme radical se fait plus violent, c’est un fait. La deuxième guerre de Tchétchénie n’avait plus tellement pour revendication l’indépendance, mais plutôt l’émergence d’un grand califat sur tout le Caucase-nord. Cependant, je pense que l’Islam radical prend également de l’ampleur. La raison ? Les tensions ethniques croissantes. Un Caucasien ne peut que se faire mal voir dans les rues de Moscou. C’est sidérant. La famille géorgienne de ma femme en a déjà fait les frais dans la grande capitale. Dans ce cas-là, que reste-t-il si ce n’est le repli sur soi ? L’Islam est un socle qui lie les Caucasiens, les Tatars, etc.

      En quoi le pacte est-il secret si n’importe quel blogueur peut y avoir accès ? Il y a certes des accords dans le secteur de la défense, mais pouvons-nous réellement parler d’alliance ? J’en doute. L’avenir nous le dira. L’avancée de la Chine en Asie centrale déplaira à Moscou, c’est certain.

      La Russie n’est pas la seule parmi les BRICS à avoir connu des difficultés. L’Afrique du sud a vécu l’apartheid, laissant des millions de noirs dans la pauvreté. Qui plus est, le pays a encore une dépendance marquée aux minerais. Pourtant, il y a proportionnellement plus de PME qu’en Russie. Le Brésil était un pays essentiellement agricole. À la fin du mandat de Cardoso, le Brésil appelait à l’aide le FMI. Aujourd’hui, il prête au même FMI ! Les entreprises brésiliennes enlèvent tout sur leur passage. L’Inde était une colonie jusqu’à récemment encore. L’essentiel de la production économique était tourné vers Londres. Les Indiens exportaient les matières premières, la Grande-Bretagne les transformait. Pourtant, l’Inde a réussi là où la Russie échoue toujours. Pourquoi ces pays réussissent-ils là où la Russie échoue ? Je n’ai malheureusement pas la question. L’héritage bureaucratique est sans doute trop lourd.

      Je suis certain que nous avons un grand nombre de points communs !

  4. Et oui….! Un Italien au Vietnam…. a Ho Chi Minh CIty exactement …
    Vous qui allez en Russie plus souvent que moi vous devez aussi etre un temoin occulaire de ce qui se passe (bon… aujourd’hui visiblement l’ordi ne veut pas me faire la correction des accents… c’est quand il veut… passons)…. et donc, forcement l’Islamisme (=Islam politique) semble clairement prendre de l’ampleur. Il me semble qu’a coup de dollars Qataris et Saudis il y a de quoi suffisament « arroser » a droite et a gauche helas…

    Pour les accords : N’importe quel blogueur … ? Oui je suis d’accord mais ce n’est pas ce que j’ai dis … Ceci dit aussi, je ne suis pas n’importe lequel mais je n’ai pas les secrets des services dans mes dossiers… mais en tant qu’ancien chercheur de l’EHESS-Paris je sais ou chercher et ou trouver… meme si je n’ai pas acces a tout comme je le voudrais, et c’est aussi un peu normal. Mais bon… je n’ai pas a faire etalage de ma vie non plus (et j’en ai deja pas mal dis sur moi a mon gout)…

    (decidement, cela m’agace de me relire avec ces fautes que l’ordinateur veut m’angliciser … decidement oui !)

    Que la Chine avance en Asie centrale….? Vous croyez ? Je ne peux vous dire puisqu’il est difficile de s’y rendre… les troubles politiques s’accentuant, ce qui est bien dommage la aussi.

    N’oubliez pas l’influence culturelle des Turcophones et des Perses et la diffusion de celle-ci… il me semble qu’il faille en tenir compte afin de comprendre les tensions.

    En tout cas, a force de propager les dissensions nous assistons tout de meme a un beau chaos… et cela est a craindre. Le pire serait de voir de nouveaux decoupages geo-politiques qui plongerait l’Asie centrale dans un cycle de violence que personne ne souhaite.

    Bonne analyse de fond en tout cas de votre part…

    Bon je m’arrete la … il est un peu tot pour moi. Au plaisir de vous relire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s