ÉDITO DE L’IMMONDE SMERDIAKOV: In memoriam – Kadhafi

Octobre 2011. Cela fait maintenant dix mois que le peuple libyen a vu se déclencher sa Révolution des lumières, menée, drapeau noir en étendard, par d’obscurantistes salafistes manipulés dans l’ombre par de puissants oligarques apôtres de l’Ancien Testament.

Depuis huit mois, au nom des droits de l’homme (occidental), une coalition internationale leurs éclaire le chemin de la démocratie parlementaire à coups de phosphore blanc. Devant les caméras, des villages sont mis à feu et à sang au cri « d’Allah akbar » tandis que derrière celles-ci, des fonctionnaires de France 24 apprennent à leurs homologues d’Al jazeera comment écrire l’histoire. A la vue du traitement de la crise Syrienne, on peut dire qu’ils ont bien appris leur leçon.

Le 20 octobre 2011 au sud de la ville de Syrte, une caravane de véhicules est détruite par une attaque aérienne, un homme est lynché (conformément à loi du talion) et son cadavre sodomisé (ésotérisme?). Cet homme n’était autre que le plus grand leader africain de notre époque. Un chef d’Etat qui avait libéré son pays de sa dette envers le FMI et qui avait offert à chacun de ses citoyens une voiture et un logement. Un dictateur qui assurait la gratuité de l’éducation, des soins de santé et de l’électricité pour tous. Un penseur (voir le « Livre vert ») qui avait décidé que le pouvoir devait être remis directement au peuple alors que, comme tout un symbole, c’est la création d’un parlement qui est aujourd’hui saluée par ceux qui l’ont renversé. Un parlement où siègera bientôt une élite corrompue qui confisquera toutes les richesses du pays, vendant le pétrole au rythme du marché, construisant une base militaire aux Etats-Unis et offrant la surveillance de sa frontière avec l’Egypte à Israël.

Le guide de le Jamahiriya arabe libyenne avait unifié son peuple autour d’une économie socialiste régie par les valeurs de l’Islam avec à la clef pour les Libyens, le niveau de vie le plus élevé d’Afrique. Sa politique internationale reposait sur l’anti-impérialisme et l’émancipation du continent africain (ceci explique cela). Sa disparition laisse un territoire morcelé par un tribalisme culturel avec lequel il avait appris à composer avec brio. Un territoire sur lequel sont, à l’heure actuelle, encore perpétrés des massacres à l’égard des africains noirs (quel gâchis dirait de Voltaire, célèbre esclavagiste). Non pas, comme on à voulu nous le faire croire, parce que le colonel s’appuyait sur une armée de mercenaires (ces noirs expliquant n’avoir jamais pris les armes pour qui que ce soit), mais, tout simplement, parce que le tribalisme peut générer la haine de l’autre lorsqu’il est attisé, et on ne doute pas un instant que Machiavel fasse partie des lectures obligatoires à West Point.

Une belle épopée de près de 42 ans pour créer une société heureuse et prospère, aujourd’hui noyée dans le sang par notre système de valeurs, soi-disant universelles, qui ne tolère aucune contradiction, fut-il nécessaire de confondre populaire et populiste.

 

Repose en paix.

 

L’immonde Smerdiakov

6 réponses à “ÉDITO DE L’IMMONDE SMERDIAKOV: In memoriam – Kadhafi

  1. Vous faites bien d’y aller franchement, camarade (kamerad?) Smerdiakov. Tout ce qui propose ou constitue un frein à cette politique de profit maximum se doit d’être éradiqué par le Marché. Hier l’Eglise romane et sa forme catéchisée qu’aurait dû être le Fascisme, aujourd’hui, l’Islam.

    Comme l’eut dit et présagé le plus grand orateur du XXème, puisque le monde est aujourd’hui voué à l’influence judaïque – influence, qui s’est fâcheusement sédimentée dans le catholicisme post-aggiornamento -, il eût beaucoup mieux valu que la mahométisme triomphât!

    Mais Revizor – puisque c’est ainsi que le bougre se fait appeler (quel initiative téméraire, du reste!)-, enfant de la médiocrité journalistique de son époque, tire pleinement satisfaction dans la frivolité arbitraitre de ses professeurs et mécomprendra, plus que probablement, mes propos !

  2. Comme d’habitude, monsieur « je suis partout », votre style est aussi pédant que fumeux. Ceci dit, pourquoi ne mettez vous pas votre vrai nom, Jérémy?

  3. « Jesuispartout » était un hebdomadaire français qui réunissait sous sa bannière les plus grandes plumes de l’Action Française, entre autres. Le style importe peu, seuls les idées et les actes comptent. L’Europe a actuellement besoin de génies qui exaltent l’héroïsme et la grandeur, pas de tarés impuissants se complaisant dans leur insanité.

    • Cela me fait penser à un clip publicitaire de Léo Burnett, de jeunes gaillards, épris de liberté, la cigarette au bec.

      Dommage qu’ils n’aient pas réussi à rejeter le cowboy marlboro à la mer et à mettre un terme à cette… industrie de la mort.

  4. Vous savez très bien ce que je pense de l’historicisme – sorte de « progressisme ». Dés lors, il nous suffit d’être patient, de créer en soi forme et droiture, se donner une forme, animer notre esprit par une vision bien précise de la vie. Nous supplanterons ainsi, quand le moment sera opportun, en un éclair, les forces d’un monde de subversion!

    Un jour, nous pourrons à nouveau pratiquer allégrement l’autodafé contre la lutte des classes, le matérialisme, la judéo-démocratie (!), la valorisation excessive de la vie pulsionnelle dégradant l’âme et pour la communauté nationale et notre idéal de vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s