Le venin de la propagande israélienne se répand

Israël dit être une démocratie. Pourtant, l’état hébreu s’en prend délibérément aux médias , pierre angulaire de tout système démocratique digne de ce nom. Le récent bombardement des bureaux de plusieurs journalistes dans la bande de Gaza ne laisse planer que peu de doutes sur la réelle nature de ce pays. Tout comme toutes les tentatives de décrédibiliser le point de vue palestinien sur le conflit qui dure depuis plus de 60 ans déjà. Seule l’opinion d’Israël a le droit d’exister.

La propagande israélienne porte un nom spécifique : la Hasbara, ce qui signifie « explication » ou « éclaircissement » en hébreu. Les récents événements de la bande de Gaza ont eu pour conséquence que le gouvernement de Tel-Aviv a engagé une myriade de volontaires prêts à défendre l’état juif sur les réseaux sociaux. Avec une subjectivité qui leur est propre. Déconstruisons les mensonges qu’ils véhiculent.

1. Tsahal fait tout pour éviter les pertes civiles palestiniennes.

L’état hébreu a utilisé des bombes au phosphore blanc en 2009 lors de l’opération « Plomb durci ». Plusieurs témoins affirment que Tsahal utilise toujours ces bombes incendiaires lors de l’opération actuelle, ironiquement surnommée « Pilier de défense ». L’objectif est-il d’éclairer les rues de Gaza, fréquemment privées d’électricité en raison du bloc israélien ? Ne serait-il pas plus simple de lever le blocus ? De ne plus calculer le « nombre de calories » à fournir à Gaza pour éviter une famine ? Cela demande un minimum de courage politique, ce que les conservateurs de Tel-Aviv n’ont pas.

Ensuite, pourquoi bombarder à l’artillerie lourde et au chasseur-bombardier une région où la densité de population est la troisième la plus élevée au monde ? Les pertes civiles sont inévitables dans ce contexte. Si Israël veut réduire la force du frappe du Hamas, pourquoi ne pas lancer ses forces spéciales, les golanis, à l’assaut ? Le coût politique serait trop important en cas d’échec. Après tout, la vie d’un militaire israélien vaut sans doute bien plus que celle d’un civil innocent palestinien.

La Hasbara israélienne pousse le cynisme jusqu’à accuser le Hamas d’être responsable des morts palestiniens.

2. Israël n’est pas un état agressif, il ne connaît que la défense.

Israël est un des seuls pays au monde à ne pas disposer de constitution, 60 ans après sa création. Les quelques lois fondamentales issues de la Knesset (parlement israélien) suffisent aux yeux de la classe politique israélienne. Cela permet d’évincer plusieurs problématiques sérieuses, comme celle des frontières. De fait, les frontières d’Israël avec l’Égypte ou la Jordanie sont stabilisées grâce à des accords bilatéraux. Par contre, les frontières avec le Liban, la Syrie ou ce qu’il reste des territoires palestiniens sont beaucoup plus floues. Cela permet à l’état hébreu d’envisager de nouvelles annexions territoriales, comme ce fut le cas avec le plateau du Golan (1981). La colonisation a encore de beaux jours devant elle. Si personne ne fait rien, toutes les populations arabes de la Palestine historique risquent de se voir poussées sur les chemins de l’exil.

Israël n’a jamais rangé les armes. La plupart du temps, l’anéantissement du peuple palestinien ne se fait pas à coups de bombes. L’état hébreu a dans son arsenal des outils bien plus destructeurs encore. Dans ces contrées désertiques, l’eau est une denrée rare. Le régime de Netanyahou le sait. L’état hébreu fait tout pour limiter l’accès des Palestiniens à l’or bleu. Résultat ? Un état de crise hydrique qui laisse peu de chance à l’agriculture, première source d’emplois pour les Territoires palestiniens. Ces faits établis ont été soulignés à maintes reprises par des chercheurs, notamment français. Ces derniers ont dénoncé « un apartheid de l’eau ». À cela s’ajoutent les checkpoints, la barrière de sécurité, la colonisation rampante, les incursions israéliennes dans les territoires normalement sous contrôle exclusif de l’autorité palestinienne, etc. Bref, pour Israël, les accords d’Oslo ont autant de valeur qu’une feuille de papier WC.

3. Les Palestiniens sont des « terroristes » assoiffés de sang.

Dans toute guerre, il faut diaboliser l’ennemi avant de l’abattre. Ainsi, les Nazis qualifiaient nos résistants de « terroristes ». Même chose pour les Irakiens qui refusaient l’occupation de Falloujah, par exemple. « C’est de bonne guerre », si je puis dire. N’empêche qu’Israël n’y va pas de main morte.

Un des points sensibles de tout être humain, c’est l’enfant. C’est ce qu’on vous apprend dans les écoles de communication. Dès lors, Israël n’hésite pas à accuser le Hamas de se servir d’enfants en bas âge comme de boucliers humains, quand ils ne les accusent pas de lancer leurs mômes, ceinturés d’explosifs, à l’assaut d’un centre commercial. Les colonisateurs de Tel-Aviv feraient mieux d’écouter la chanson « Russians » de Sting. Ça leur remettrait les idées en place.

Le Revizor

2 réponses à “Le venin de la propagande israélienne se répand

  1. La Banque mondiale redoute une hausse de la température du globe de 4°C dès 2060, bien au-delà du garde-fou posé par la communauté internationale, et s’alarme du « cataclysme » qui frapperait alors les pays pauvres, selon un rapport publié dimanche à Washington.
    « Un monde à +4°C (…) déclencherait une cascade de changements cataclysmiques, dont des vagues de chaleur extrême, une chute des stocks alimentaires et une montée du niveau de la mer frappant des centaines de millions de personnes », résume la BM, ajoutant qu’il n’y avait « aucune certitude » que le globe puisse s’adapter à une telle situation.

    Ce scénario, le plus sombre envisagé dans le rapport, tranche avec l’engagement pris par la communauté internationale de contenir le réchauffement du globe à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

  2. Aucune trêve n’a été conclue avec les activistes palestiniens de la bande de Gaza, a déclaré un porte-parole du gouvernement israélien. Un responsable du Hamas avait peu avant annoncé l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu à minuit (heure locale). Des tracts largués par l’aviation israélienne sur plusieurs quartiers de la ville exhortent les habitants à évacuer « immédiatement » leurs domiciles, ce qui fait craindre une attaque imminente d’Israël sur Gaza-ville.
    Les négociations en vue d’une trêve entre Israël et les Palestiniens de la bande de Gaza se poursuivent, mais les médiateurs égyptiens espèrent toujours qu’elles porteront leurs fruits dans la journée, a annoncé mardi un responsable égyptien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s