Les Femens, purs produits marketing

FEMEN-CASTRE

Les Femens font beaucoup parler d’elles. Ces « féministes » ukrainiennes aiment exhiber leur poitrine avantageuse pour critiquer telle ou telle situation. De plus en plus virulentes, de moins en moins féministes, les Femens ont été rattrapées par le système. À l’image des pop-stars, elles ne sont plus que des produits de consommation destinés à tomber tôt ou tard dans l’amnésie collective.

L’objectif premier était noble : dénoncer la situation des femmes ukrainiennes déçues par les promesses non-tenues de la révolution/coup d’état orange. « Les plus belles femmes d’Europe » (selon le Revizor) vivent dans une société patriarcale et religieuse. C’est ce qu’entendait faire bouger Anna Hutsol, la fondatrice du mouvement Femen.

Très vite, les militantes au physique de déesses ont compris qu’exposer leurs tétons à la froideur de l’air ukrainien est le meilleur moyen d’attirer l’attention des médias et de l’opinion publique. Dès lors, le succès est au rendez-vous : le téléspectateur se découvre un intérêt soudain pour le féminisme, les journalistes sortent des rédactions avec plaisir, les policiers se disputent pour « mater » les Femens. Signalons toutefois que selon Hutsol, le fait d’exposer sa poitrine a pour objectif premier de dénoncer la situation de la femme ukrainienne, « pauvre et ne possédant que son corps ».

Les Femens se font remarquer à diverses occasions. Elles s’opposent à Ianoukovitch, le président ukrainien, lui reprochant d’être autoritaire. L’Euro 2012 de football suscita également leur colère. Non pas en raison des piètres résultats de leur équipe nationale, mais plutôt car elles protestent contre le chiffre d’affaire faramineux des proxénètes ukrainiens, premiers bénéficiaires de cette compétition.

Le succès du marketing des Femens ne s’est pas arrêté à l’Ukraine : elles ouvrent un « camp d’entraînement » en France en 2012 et reçoivent des fonds de plusieurs « esprits éclairés » d’Occident. Parmi eux, on retrouve notamment DJ Hell, un musicien allemand n’hésitant pas à montrer des scènes de sexe et de meurtre dans ses clips. Des hommes d’affaires américains et allemands figurent aussi parmi les généreux donateurs. C’est là que le noble combat des Femens contre l’exploitation et la discrimination des femmes prend fin.

Au diable le féminisme, à nous la politique !

Il va sans dire que les bonnes âmes remplissant les poches des Femens attendent quelque chose en retour. Mais n’ayez pas l’esprit mal tourné, elles ne mangent pas de ce pain-là! Ce que les donateurs attendent, c’est une dimension politique imprégnée d’athéisme agressif et de « démocratisation » à l’occidentale.

La première cible des farouches militantes est la Russie, honnie par les ultra-nationalistes ukrainiens. Le « féminisme » semble être un merveilleux prétexte, comme le démontre l’exemple des Pussy Riots. Elles commencent par tenter de voler une urne électorale placée dans le bureau où Poutine devait voter lors des élections présidentielles. Les agents de sécurité ont pu les en empêcher. Elles ne manquent pas une occasion de crier toute leur haine au président russe, comme lors de son récent passage à Bruxelles.

Les quatres militantes qui protestaient contre la venue de Poutine à Bruxelles ont été brièvement interpellées.

Les quatres militantes qui protestaient contre la venue de Poutine à Bruxelles ont été brièvement interpellées.

Les Femens savent que si Poutine est à la tête du parti, il n’est pas tout puissant. Son pouvoir repose sur une idéologie mêlant religion orthodoxe et nostalgie du communisme. Dès lors, l’Église russe doit être abattue pour que s’effondre l’état. Les Femens ont scié une croix en souvenir des victimes du Stalinisme à Kiev. Le but étant, cela va de soi, de protester contre l’incarcération de leurs sinistres collègues, les Pussy Riots. Elles ont également tenté d’agresser le patriarche Kirill et ont montré une affiche où le chef de l’Église russe est décapité. Leur slogan était « tuez Kirill ». De l’appel au meurtre donc. Malgré tout, elles continuent de recevoir le soutien de l’Occident, très hypocrite dans ses relations avec la Russie.

Security guards detain an activist from women's rights group Femen as she protests against the visit of the head of the dominant Russian Orthodox Church, Patriarch Kirill, in Ukraine in Borispol airport

Les alliés traditionnels de Moscou sont aussi dans le collimateur des blondinettes aux seins nus. Elles ont protesté seins nus contre la visite en Ukraine d’Aleksandr Loukachenko, l’autoritaire président biélorusse lors de l’Euro 2012. Nul doute que le despote biélorusse gardera un souvenir abominable de sa visite.

Par contre, les Femens ne soufflent mot pour les violences autrement plus graves faites aux femmes dans d’autres pays. Un exemple ? L’Europe du sud, Grèce en tête, est actuellement affamée par une cure d’austérité qui pousse les budgets sociaux à l’anorexie. Les premières victimes sont les personnes plus faibles, femmes en tête. Les femmes n’ayant plus accès à un traitement pour le cancer du sein ne sont-elles pas dignes d’attention ? Ces mères qui sombrent dans la drogue après avoir perdu leur dignité ne méritent-elles pas de passer elles aussi à l’écran ?

Femen, la garde prétorienne de l’athéisme

Les récents affrontements à Paris entre les Femens et les opposants au mariage homosexuels ont entraînés des réactions médiatiques quasiment unanimes : la laïcité est mise en péril par le catholicisme intégriste. Caroline Fourest a reçu une tribune dans tous les médias après avoir reçu quelques gifles. Ses collègues journalistes se sont empressés de plaindre les activistes, « oubliant » qu’elles sont pourtant des militantes entraînées à l’hooliganisme. Jamais les « catholiques intégristes », organisateurs de la manifestation, n’ont eu le droit de s’exprimer.

Lors de la manifestation qui a vu les affrontements entre les Femens et les opposants au mariage gay, les Femens ont fait usage de gazeuses. Elles étaient inoffensives, mais ont fait peur aux familles présentes sur place.

Lors de la manifestation qui a vu les affrontements entre les Femens et les opposants au mariage gay, les Femens ont fait usage de gazeuses. Elles étaient inoffensives, mais ont fait peur aux familles présentes sur place.

La polémique aurait pu en rester là. Mais les Femens ont déclaré la guerre à toutes les religions. La légalisation du mariage homosexuel est seulement un terrain pour leur permettre de « bouffer du curé, de l’imam ou du rabbin ». Elles ne cessent les provocations et les injures. Les Femens ne luttent pas pour l’égalité entre les sexes. Elles sortent les griffes pour que l’athéisme, religion actuellement en vogue, puisse triompher des autres.

Le Revizor

Je vous mets ci-dessous quelques photos qui vous permettront de passer un agréable moment tout en gardant l’esprit tranquille. De nos jours, mater des femmes nues, c’est soutenir le féminisme.

62173_142822562535653_2064896605_n

sans-titre

86o76LrBy5

5lzvf5g8Kj

9 réponses à “Les Femens, purs produits marketing

  1. Il y a encore quelques années, enocre, les homosexuels étaient catalogués de « pédés » et cela ne choquait pas grand monde. Maintenant, on se doit d’employer le terme « gay ». Nous vivons dans une societé où la féminisation de l’homme est primordiale. La virilité, pourtant inhérente à l’homme, doit être éliminée. Les hommes ne voulant pas s’y soumettre, désireux; au fond, de conserver une certaine hétérogénéité entre les valeurs féminines et masculines sont inopinément traités de « machos ». Les femmes, dont le cerveau est en permance bassiné par les associations féministes, et la presse féminine, ont très clairement adopté cette attitude visant à traîter les hommes n’entrant pas dans leur « idéal masculin » de « macho ». Un peu comme les communistes qui, en 1930, avait reçu comme mot d’ordre du Kremlin de traîter tous leurs adversaires de « fascistes », et ce quelles qu’aient été leur obédience politique. Dés lors, faut-il vraiment s’étonner que l’idéologie gay et ses dérivations (Femen) aient gagné la partie?

    Cette véritable idéologie, troubleuse des valeurs masculines, invitant l’homme à « devenir une femme comme les autres » (Zemmour) n’a jamais été aussi bien tolérée en Occident qu’actuellement. Cela en dit long sur le chemboulement que nos valeurs connaissent. L’homme européen doit se ressaisir. L’humanisme, alibi par excellence de la gauche, le rend laxiste.

  2. Pingback: Les Femens, purs produits de marketing | Revizor – Ревизор | Communication et réseaux | Scoop.it·

  3. Le titre est insuffisant
    Les Femens, purs produits marketing
    _________________
    Les femens purs produits du marketing politique en soft power
    Produit de la CIA via des couvertures ONG ou hommes d’affaires..
    Filles payées en CDI ou filles en CDI dont la profession est « Escort girls……
    But de l’opération Femen accompagnée avec Pussy Riot :
    -Déstabiliser les pays surtout la Russie ..mais casser aussi les vieilles nations européennes.
    Ce sont des outils de guerre soft power .
    Oui, nous sommes les plus belles…surtout les blondes jalousées par les grenouilles 68 !

  4. Russie – Subversion – Orthodoxie – FEMEN : Les réceptions de l’ambassadeur de France à Moscou sont réputées pour le mauvais goût du maître de maison
    http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-russie-subversion-orthodoxie-femen-les-receptions-de-l-ambassadeur-de-france-
    a-moscou-sont-r-109471186.html
    _____________________
    En dossier complet sur le faschisme Femen et Co du PS :
    Le féminisme bas de gamme de la potiche Belkacem et de l’hystérique Fourest !

    http://www.vilistia.info/le-feminisme-bas-de-gamme-de-la-potiche-belkacem-et-de-l-hysterique-fo-a58321707

  5. Bonjour Vilistia !
    Question à mille roubles : moi qui admire au plus haut point ce peuple cultivé qu’est le peuple russe (« Les Russes vont à l’opéra comme nous, nous allons au cinéma ! », dixit un grand écrivain français), je suis toujours surpris de voir que personne ne s’étonne de n’avoir jamais entendu la moindre musique « écoutable » de la part de ce fameux groupe musical que sont les « Pussy Riots », alors que probablement la moitié des Russes maîtrise, qui le piano, qui le violon…, ne parlons pas de la danse classique, que les Diaghilev, Noureev et autre Barischnikov ont élevé au plus haut degré !

    Les Pussy riots, un groupe « musical » incapable de produire la moindre musique, c’est ça l’indice que tout ça sent le bidon : rien que des marionnettes manipulées par l’étranger. Il faut dire que, depuis le retour au premier plan de Poutine, les choses ne vont plus si bien pour le bloc occidental !

  6. Pingback: Al Qalaam·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s