Les Israéliens assoiffent la Palestine

palestineau

La nouvelle est tombée il y a quelques jours : Israël exportera prochainement… de l’eau. Une quatrième usine de dessalement devrait bientôt voir le jour, débarrassant définitivement les enfants du sionisme de la menace hydrique. Par contre, les Palestiniens devront continuer à vivre dans un état de pénurie permanent.

Sur papier, les Palestiniens devraient contrôler 22% du territoire de la Palestine historique.  Dans les faits, ils doivent marchander pour un sentier, un olivier, une rivière ou une nappe phréatique. Le fleuve Jourdain sépare la Cisjordanie et Israël du royaume hachémite de Jordanie. Pourtant, seuls les Israéliens peuvent jouir de ses bienfaits. Pour des raisons que seul le racisme éclaire, les Palestiniens ne peuvent pas utiliser l’or bleu pour irriguer leurs terres, abreuver leurs bêtes ou simplement rincer leur gosier. Les Cisjordaniens doivent se contenter de quelques nappes phréatiques et de l’eau de pluie, et ce dans une des régions les plus arides de la planète. Et encore : ils n’ont accès qu’à 20% des nappes phréatiques, le reste étant alloué aux nouveaux colons et aux colons plus anciens, protégés derrière le mur de béton qui sert de frontière à Israël.

Depuis 1967, les Palestiniens doivent demander l’autorisation aux forces militaires d’occupation pour pouvoir construire un puits en Palestine ! L’armée israélienne peut mettre jusqu’à un an pour répondre à la demande et n’est pas tenue de justifier un éventuel refus. À cela s’ajoute une autre discrimination : les Palestiniens peuvent creuser des puits jusqu’à une profondeur de 100 mètres, alors que les Juifs peuvent creuser la terre jusqu’à 800 mètres de profondeur. Évidemment, les colons ne se privent pas pour assécher toute une région.

Un puits palestinien détruit par l'armée israélienne. Il avait été construit "illégalement".

Un puits palestinien détruit par l’armée israélienne. Il avait été construit « illégalement ».

En Cisjordanie, l’eau courante dont disposent les Palestiniens dépend du réseau développé pour les colons. Les Palestiniens en bénéficient selon le bon vouloir des sionistes : une ou deux fois par semaine durant deux ou trois heures. Les Arabes doivent dès lors faire des provisions ou se ruer sur les camions citernes israéliens qui pratiquent des prix prohibitifs. Youssouf Dabassé est l’adjoint au maire de Tarqumiya, une bourgade palestinienne à l’est d’Hébron. « Mekorot [la compagnie de l’eau israélienne] coupe l’alimentation, parce qu’ils privilégient les colonies juives alentour. Lorsque nous nous plaignons, ils disent : ‘Nous avons vérifié, tout est normal.’ Et l’eau reste coupée pendant des jours. »

Un apartheid de l’eau

L’assemblée nationale française a eu le courage de dénoncer un « apartheid de l’eau » en février 2012. Le député socialiste Jean Glavany, à l’origine du rapport, souligne que 450 000 colons israéliens utilisent plus d’eau que 2,3 millions de Palestiniens. L’élu termine en disant « qu’au Proche-Orient, l’eau est plus qu’une ressource : c’est une arme ». Israël, évidemment, s’est déclaré « indigné ». Comme à chaque fois que quelqu’un se lève pour dénoncer les crimes de l’état sioniste. Les habituels amis fidèles de l’état hébreu ont demandé à ce que le député soit excommunié de la vie politique ou au moins du parti socialiste, « au nom de l’amitié qui lie la France à Israël ».

Le maire d’Hébron, Khaled Osaily, soutient l’idée qu’un apartheid de l’eau s’ajoute à l’humiliation de l’occupation. « Bien sûr qu’il s’agit d’apartheid ! Globalement, nous n’obtenons que 50 litres d’eau par jour et par personne, alors que les Israéliens disposent en moyenne de 400 litres ! » Les « experts » mandatés par le gouvernement israélien nient l’indéniable. Selon eux, les Israéliens consommeraient en moyenne 150 litres d’eau par jour, alors que les Palestiniens pataugeraient dans 140 litres.

Finalement, maintenir les Palestiniens dans un état de stress voire de pénurie hydrique comporte quelques avantages pour les colonisateurs juifs. Premièrement, ils peuvent entretenir le mythe selon lequel les Juifs auraient bâti une terre prospère sur ce qui n’était qu’un désert peuplé de quelques tribus arabes exclues de la « civilisation ». Évidemment, ils occultent le fait qu’Israël est le premier bénéficiaire de l’USAID au monde, devant des pays autrement plus nécessiteux et proches des États-Unis tels qu’Haïti ou les micro-états d’Amérique centrale. Ensuite, les Israéliens se servent de l’eau comme moyen d’intimidation plus efficace encore que les tanks ou les balles. Une grande partie des Palestiniens sont des agriculteurs qui ne demandent qu’à vivre en paix, les pieds plantés dans leurs champs. Menacer de restreindre un peu plus encore l’accès à l’eau, c’est enlever tout espoir de survie.

Des vues d’hégémonie politique

Mais que souhaite Israël en se positionnant comme un futur exportateur d’eau ? Se rendre indispensable aux yeux de ses belliqueux voisins. Israël manie la carotte et le bâton. D’un côté, Tel-Aviv bombarde la Syrie ou le Liban quand il estime que sa sécurité ou celle de ses intérêts est menacée. Actuellement, personne n’oserait défier Tsahal, une armée « made in the US ». D’autre part, Israël veut endormir l’esprit combattif de ses voisins. La paix avec la puissante Égypte ne serait-elle pas plus durable si l’eau israélienne venait à couler dans les hameaux asséchés privés des bienfaits du Nil ?

L’état juif s’ancre chaque jour un peu plus dans des terres qui ne lui appartiennent pas. En témoigne la récente découverte de fabuleuses réserves de gaz, assurant à l’état juif deux siècles de consommation. L’état colonial d’Israël a encore de beaux jours devant lui. Au grand dam des Palestiniens, toujours exclus de l’Histoire.

 

Le Revizor

dailywateroccupiedwestb

 

Je vous propose ici un reportage réalisé par une télévision locale belge, Canal C. La chaîne a décidé d’envoyer une poignée de syndicalistes namurois se confronter à la dureté de l’occupation israélienne. Un reportage dur, mais qui démontre admirablement bien l’inhumanité dont font preuve les sionistes dans leur projet d’oppression d’un peuple.

Une réponse à “Les Israéliens assoiffent la Palestine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s